Vorige Artikel 1 Van 1 Volgende

Geschiedenis | Artikel: Geschiedenis van DMC

Moet nog vertaald worden.

http://www.thiriez.org/dmc/dmc2.htm


Histoire de D.M.C.
Deuxième période : 1850-1960

 
  • 1850
    • Emile DOLLFUS (1805-1858) aurait rapporté d'un stage à Manchester, en Angleterre le "mercerisage" (cette version des faits pose débat : selon une autre source, le mercerisage aurait été introduit chez DMC par un certain Wilhem vers 1847)
      Le mercerisage a été inventé par le chimiste John MERCER : plongé dans la soude caustique, le fil devient solide et brillant
      La devise de DMC devient"D'un fil si fin, on tisse un grand ouvrage" (ou : d'un simple fil, une œuvre d'art est née).
    • Le fil de coton, rendu brillant par la mercerisation, peut concurrencer le fil de soie et les DOLLFUS décident de s'engager dans cette diversification et de produire industriellement du fil mercerisé pour ouvrages de dames.
      DMC crée la 1ère machine au monde à merceriser le fil.
    • L'activité de fils pour ouvrages devient de plus en plus importante. DMC offre la plus grande gamme de fils au monde et compte 100 comptoirs à l'étranger.
      Le fil ne se vend à l'époque ni par bobine ni par échevette : des colporteurs débitent le fil à la demande de la cliente dans les villages
    • Jean DOLLFUS (1800-1887), dirigeant de l'entreprise et philanthrope, crée des Cités Ouvrières, qui serviront de modèles à celles qui seront construites partout par la suite. Les maisons individuelles (DMC en construit 1.060 entre 1850 et 1885) sont vendues à crédit aux membres du personnel.
    • Mais Jean dirigea surtout l'entreprise DMC, qu'il avaut prise à bail en 1850, d'une manière compétente et autoritaire jusqu'en 1876, secondé par son gendre Frédéric ENGEL-DOLLFUS (1818-1883), excellent administrateur. Jean dirige l'extérieur, Frédéric l'intérieur.
    • C'est Frédéric ENGEL qui adopta le fil à coudre et accéléra la mécanisation de l'entreprise, donnnat un second souffle à DMC.
    • DMC a un site de 39 hectares à Mulhouse avec filature de coton, tissage mécanique, 20 machines à imprimer et 21 hectares de prairies. La valeur globale de l'entreprise est estimée à 2,650 millions de Francs, pour un chiffre d'affaires de 6 millions de Francs.
    • L'affaire DESCAMPS se scinde en Auguste DESCAMPS et DESCAMPS L'AINÉ
  • 1851
    • Gustave DOLLFUS (1829-1905), centralien, fils de Daniel DOLLFUS-AUSSET, rentre chez DMC et deviendra associé en 1856.
    • Emile BURNAT (1828-1920), centralien, rentre chez DMC et deviendra associé en 1856
    • Les métiers en self acting (automates) comencent à remplacer les mules Jenny manuelles (améliorées par Emile DOLLFUS (1805-1858)
    • DMC reçoit la "Prize Medal" à Londres
    • Querelle publique à l'Assemblée Nationale entre THIERS et Jean DOLLFUSS, ce dernier étant opposé au protectionnisme.
  • 1852
    • Equipement d'une filature en fin et d'un blanchiment du fil
  • 1853
    • Equipement de 16.200 broches, système Shrap Roberts, machine construite par André KOECHLIN & Cie.
    • Premier procès engagé par DMC pour contrefaçons.
  • 1855
    • DMC est déclarée Hors Concours à l'Exposition Universelle de Paris, et Jean DOLLFUS est nommé membre du jury
    • Des batteuses mécaniques remplacent le battage et l'épluchement du coton à la main, procédés dangereux pour la santé et onéreux.
    • DMC reçoit une médaille de la SIM pour les dispositions prises pour éviter les accidents
  • 1856
    • Début de l'installation de peigneuses HUBNER
    • DMC a près de 60.000 broches
    • L'affaire des KOECHLIN devient K.B.C. (KOECHLIN BAUMGARTNER & Cie), les usines d'impression à rouleaux emploient 5.000 personnes et acquièrent une réputation mondiale. En 1864, ils auront une médaille d'or à l'Exposition Universelle de Paris.
  • 1859
    • Achat de la 1ère machine à imprimer à 8 couleurs.
    • Suppression du tissage à bras au profit du tissage mécanique (selon l'écrivain DUGAN, les premières filatures mécanqiues apparaissent seulement en 1806).
    • Introduction des "pointeuses"
    • L'entreprise dégage un bénéfice de 1,5 Millions de Francs.
  • 1815
    • Selon DUGAN, il y avait en Alsace cette année là 22 filatures mécaniqes, fournissant 200.000 pièces de 16 aunes de long sur 3/4 de large ...mais ce n'est encore que la moitié de ce que fournira DMC en 1865.
  • 1858
    • Daniel DOLLFUS élu Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse), et le sera jusqu'en 1860
  • 1860,
    • Généralisation de la machine à coudre; le fil de coton détrône le fil de lin plus cher et moins souple
    • DMC a 60 peigneuses Hubner dans sa filature de Dornach
    • Dépôt de la marque : Coton à broder d'Alsace DMC
  • 1863
    • DMC a une filature de 28.000 broches, une filature de numéros fins de 30.000 broches, un tissage mécanique de 650 métiers, un atelier de machine à parer, des métiers à bras, un retordage de 12.000 broches, une blanchisserie, et une importante fabrique d'indiennes.
    • Ils achètent du coton courte soie en Louisianne, du coton longue soie Géorgien acheté à Charleston ou Savannah, et d'autres cotons en Algérie et même jusqu'en Australie .. il y a environ 150 cotons divers.
    • 2 batteuses mécaniques remplacent l'équivalent de 240 ouvrières qui faisaient autrefois le battage à la main
  • 1864
    • Auguste DOLLFUS élu Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse), et le sera jusqu'en 1911
  • 1865
    • Parution d'un chapître sur "MM DOLFFUS-MIEG et Cie - Filature, Tissage, Retordage, Blanchisserie, Fabrique de'Indiennes" en 1865, dans "Les Grandes Usines de France : tableau de l'industrie française au XIXe siècle, par Julien TURGAN (1824-1887). Selon lui, cette entreprise emploie 2.500 personnes pour fabriquer des indiennes.
  • 1866
    • Dépôt de la marque : Coton du Rhin DMC
  • 1867
    • DMC expose ses produits Hors Concours à Paris
    • La durée du travail est ramenée de 12 heures par jour à 11 heures, sauf pour la fabrique d'indiennes.
    • Frédéric ENGEL-DOLLFUS crée "l'Association pour propager les connaissances pour éviter les accidents du travail".
  • 1870
    • Alfred ENGEL rentre chez DMC et deviendra associé en 1874
    • L'Allemagne annexe l'Alsace, Mulhouse est envahie par les troupes étrangères; Jean DOLLFUS, qui avait été Maire de 1863 à 1869, réussit à faire maintenir l'usine ouverte. Elle réalise 3,7 Millions de Francs de Chiffre d'Affaires. Il est décidé de créer un établissement en "France" à Belfort, ce qui sera fait en janvier 1874. Ce qui permit notamment de vendre en France sans payer des droits de douane.
    • A la fin de la guerre, installation de machines à imprimer à 12 couleurs
  • 1876
    • Les 11 et 12 mai, Exposition Industrielle de Mulhouse, Auguste DOLLFUS étant Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse). Racontée par Alfred Marchand, rédacteur au Temps :
      "les toiles de coton, brillant comme de la soie et de manière à faire illusion aux yeux des plus experts, de MM Dollfus-Mieg et qui sont semblables à des gazes légères et délicates" ... "de 1854 à 1875, 892 maisons ouvrières ont été construites, dont 886 acquises par des familles ouvrières. La plupart de ces maisons sont habitées par pluiseurs ménages, mais chaque ménage a une entrée spéciale, un jardin qui lui appartient en propre .. les cités ont leurs maisons d'école, leurs salles d'asile" ... "Dollfus-Mieg, propriété de Mr Engel-Dollfus, également vice-Président de la SIM, esrt la maison de filature, de tissage et d'impression la plus considérable de Mulhouse .. elle emploie 4.000 ouvriers sur les 20.000 qui résident dans les cités
  • 1878
    • DMC toujours Hors Concours à l'Exposition Universelle.
    • L'Association reçoit la médaille d'honneur pour sa politique destinée à éviter les accidents du travail.
    • Emile HUBNER (1821-1888), inventeur de la peigneuse du même nom, reçoit le prix Emile DOLLFUS, et une médaille d'or à l'exposition universelle
  • 1879
    • DMC a 22 machines à imprimer, dont 9 perrotines
    • Une usine jumelle s'ouvre à Belfort, consacrée à la production de fils et lacets de coton, qui va se développer de manière très importante; on fabrique même des fils d'or et d'argent fin pour les brodeurs d'objets religieux.
    • Développement de comptoirs dans le monde; introduction en Bourse
  • 1882
    • Chiffre d'affaires de 5,5 Millions de Francs.
  • 1883
    • Création d'une Caisse de Prévoyance et de Retraite pour les employés. L'année précédente un asile pour vieillards avait été ouvert.
  • 1884
    • DMC est placé, jusqu'à 1890, sous la tutelle de Julie DOLLFUS, veuve de ENGEL-DOLLFUS.
    • Création à Dornach, rattaché à la ville de Mulhouse depuis 1914, des sociétés Th. de Dillmont, et Comptoir Alsacien de Broderie.
    • La maison BRÜSTLEIN & Cie installe dans le bâtiment de Th. De Dillmont un atelier d'imprimerie, qui sera racheté par DMC en 1888 et deviendra en 1970 les Arts Graphiques DMC
  • 1886,
    • Thérèse de DILLMONT (Theresa Maria Josefa DILLMANN VON DILLMONT), née le 28 octobre 1846, aristocrate viennoise, déjà membre de l'Académie de la Broderie de l'impératrice Marie-Thérèse, s'associe à Jean DOLLFUS. Elle fonde une école de broderie à Dornach, près de Mulhouse, avec le soutien de DMC. Elle est l'auteur d'une Encyclopédie des Ouvrages de Dames, de près de 800 pages, publiée en 1886 et vendue dans 17 pays, à 2 millions d'exemplaires
    • Emile DOLLFUS, Centralien, est en Angleterre et visite incognito BROOKS à Glasgow, grand concurrent de DMC en cotons retors.
  • 1887
    • Décès de Jean DOLLFUS. Lui succèderont ses petits fils, comme Alfred ENGEL et F. ENGEL-GROS (1843-1918), et le gendre de ce dernier E. DUVILLARD (1859-1918)
    • Ouverture d'une Caisse d'Epargne à la sortie de l'usine.
  • 1888,
    • Après la cession de l'impression en 1880, achat, pour l'impression des étiquettes, de l'atelier d'imprimerie créé par la maison Brüstlein et Cie en 1884. Cet atelier deviendra, bien plus tard, la filiale "Arts Graphiques".
  • 1889
    DMC est primé à l'Exposition Universelle (document ci-joint).
  • 1890
    • Transformation de DMC, de société en nom collectif et commandite simple, avec Mme Julie DOLLFUS, commanditaire, veuve de Frédéric ENGEL, et les associés gérants Gustave DOLLFUS, Frédéric ENGEL, Alfred ENGEL, en société en nom collectif.
    • En juillet, transformation en Société Anonyme de droit alsacien au capital de 10 millions de Marks. Elle est dirigée par une gérance, avec à sa tête Alfred ENGEL.
  • De 1890 à 1914, l'industrie du fil détrône les autres activités. Plus de cent nouveaux comptoirs ouvrent sur tous les continents.
  • 1891
    • Construction d'une nouvelle filature à rez-de-chaussée
  • 1895
    • 1.200 maisons ouvrières ont été construites, dont 65% payées par les nouveaux propriétaires. Dès 1868 une machine à vapeur avait été installée dans la "Cité" pour permettre aux ouvriers de développer de petites et moyennes industries.
  • 1899
    • Lancement du fameux "mouliné Rouge du Rhin", une des 464 nuances proposées.
    • Fermeture des ateliers de tissage
  • 1900
    • Le fil à broder remplace les idiennes et le fil d'Alsace.
    • La durée de travail est ramenée de 11 à 10 heures, mais il y avait des heures supplémentaires payées
  • 1904,
    Fermeture des ateliers d'impression sur tissus centenaires .. une grande page de l'histoire de DMC vient d'être tournée.
  • 1907
    DMC se recentre sur le fil pour ouvrages de dames, et abandonne le tissage et l'impression des étoffes.
  • 1908
    Création de la société Veuve Eugène LORIDAN, qui sera reprise en 1956 par DESCAMPS-DEMEESTERE. Le tout sera apporté à DMC en 1969.
  • 1909,
    6.600 personnes travaillent à Mulhouse et 1.000 à Belfort. La production va monter jusqu'à 4.000 tonnes
  • 1914-1918
    • Pendant la guerre, les usines travaillent au ralenti. A partir de la fin de la 1ère Guerre Mondiale, DMC sort du giron de la famille et prend de l'envergure.
    • Ernest THIERRY-MIEG, Eugène KRAFFT et Maurice KOECHLIN sont la nouvelle génération de dirigeants.
  • 1919 à 1921
    • La durée de travail est ramenée à de 10 à 8 heures, avec le samedi après-midi libre
    • Le capital passe en deux étapes à 40 millions
  • 1922
    • Première introduction des actions DMC en Bourse, le 28 juin 1922. Uniquement négociables au comptant jusqu'en 1959
    • Daniel MIEG élu Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse), et le sera jusqu'en 1932
  • 1923
    • Transformation en Société Anonyme de droit français, et orientation de la production presque exclusivement sur le fil à coudre, les fils de coton, lin et soie pour broderie, tricot et crochet, sous la marque DMC
  • 1928
    • La société emploie 9.000 personnes et produit 6.500 tonnes de fils par an.
    • Plus de 100 nouveaux comptoirs de vente, succursales, dépôts et agences seront établis, sur tous les continents
  • 1929
    Bénéfice d'exploitation de 100 millions, exceptionnel pour cette année de crise économique
  • 1932
    • Emile DOLLFUS élu Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse), et le sera jusqu'en 1945
  • 1934
    La première filiale en Amérique du Nord est créée : the D-M-C Corporation;
    Lancement de la revue mensuelle "Jeux d'Aiguilles" pour développer chez les femmes le goût d'ouvrages faits à la main; un magasin de même nom est ouvert au 269 rue St-Honoré à Paris (transformé ensuite en filiale de DMC)
  • 1939-1945
    • DMC a beaucoup souffert de la 2ème guerre mondiale et de ses conséquences : arrêt de l'activité fils en 1942 par manque de coton, arrêt des exportations, fermeture des marchés de l'Est, concurrence de TCB, et de COATS implanté aux Etats- Unis, etc..
  • 1937,
    • Achat de l'usine de filterie HEER & Cie, à Oberuzwil, en Suisse.
  • 1944
    • Le 21 août 1944, les Allemands pillent les coffres du Crédit Commercial de Limoges où se trouvaient 800 kg d'or en lingots et barres représentant une partie du capital de DMC. Cet or n'a jamais été retrouvé, mais la société a été indemnisée par l'Etat français
  • 1945
    • Décès de Emile DOLLFUS. Jean DOLLFUS élu Président de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse), et le sera jusqu'en 1964 (il n'y aura pas d'autre DOLLFUS Président de la SIM)
  • 1946
    La guerre a coupé DMC de ses marchés d'exportation au profit de son concurrent anglais, COATS, qui possède des usines aux Etats-Unis et en Amérique du Sud. Yalta va priver DMC de ses marchés à l'Est. Courageusement DMC reconstitue ses réseaux et retrouve un taux de 70 à80% de ventes à l'exportation.
  • 1949
    Le capital de DMC dépasse le milliard de francs
    KBC se redresse après la guerre, sous la direction de Hans STÖSSEL. Avec 18 Millions DM de chiffres d'affaires c'est la première société d'impression sur tissus en Europe
  • Années 1950,
    Implantation en Amérique latine
    Les sociétés DMC et TCB sont les 2 grands concurrents français en présence, avec chacun une gamme de 20.000 références. TCB est très rentable surtout sur le fil à coudre, mais perd sur les ouvrages. Pour DMC, c'est l'inverse. Concurrents, mais complémentaires.
    DMC distribue annuellement un dividende, ce qui est rare à l'époque dans les affaires familiales.
  • 1952
    Lancement du "Bilan de nos efforts", petit bulletin amical créé par la Retorderie
  • 1953
    Lancement du"Courrier DMC", périodique d'information de DMC Mulhouse; il y aura 19 numéros, fin en novembre1958
  • 1954
    Jacques DESCAMPS, né en 1902, petit fils d'Auguste DESCAMPS, entré chez DESCAMPS L'AINÉ en 1924, oriente la société familiale dans le linge de maison avec une politique de marque, qui deviendra internationalement connue.
  • 1955
    Lancement de la fabrication de fils destinés aux industriels de la confection, alors que précédemment DMC se consacrait surtout aux articles vendus au grand public;
    Création d'une filiale DMC à Bruxelles, en Belgique
  • 1956
    Prise de contrôle de STEINER FRERES, fabricant d'ouvrages pour dames; développement de la production de fils pour ouvrages de dames
  • 1958
    Lancement dans la fermeture à glissière par la société Fermeture Ailée, qui deviendra filiale du groupe;
  • 1959
    Premiers contacts entre les dirigeants de THIRIEZ & CARTIER-BRESSON, MM André THIRIEZ & Jacques BIOSSE-DUPLAN, Président et Vice-Président du Comité de Gérance, et ceux de DMC, MM Gustave PREVOT, Président de DMC, & Prosper de HAYNIN, et ceux de en vue d'un rapprochement. L'idée est de créer une filiale commune, la Société Générale de Filterie. Mais ces contacts n'aboutissent pas à cause de l'opposition des cadres de Mulhouse, qui craignent d'être absorbés par TCB, et celle de Mr. PREVOT. TCB approchera à nouveau DMC en 1961..
  • 1959,
    • Rencentrage sur Mulhouse de l'activité de finissage de Belfort;
    • Prosper de HAYNIN (1894-1983), entré chez DMC en 1934, est nommé Directeur Général.
    • Du 2 mars 1959 au 20 décembre 1960, les actions DMC ont été cotées à terme, mais uniquement pour des négociations fermes, non conditionnelles et sans prime
  • 1960,
    • Cession de l'usine de Belfort et des maisons attenantes à la Cie de Machines Bull, contre 11.300 actions de cette société.
    • Le périodique "Bilan de nos efforts" devient "Câblons", qui annoncera la fusion avec TCB en juin 1961
    • Le 21 décembre 1960, les actions DMC ont été introduites au marché à terme, permettant des opérations fermes, conditionnelles et avec prime. Cet aspect sera essenteil dans le choix de la structure et du nom DMC lors de la fusion entre DMC et TCB.
© 2015 - 2021 Pearls and Roses | sitemap | rss | webwinkel beginnen - powered by Mijnwebwinkel